top of page

Les soins décrits sur ce site ne remplacent, en aucun cas, un traitement médical ou psychothérapeutique, lorsque votre état de santé l'exige. Ils peuvent toutefois intervenir idéalement en complément de la médecine traditionnelle.
Ne pas interrompre un traitement médical sans l'autorisation de votre médecin.

Mon approche envisage l’être humain dans sa globalité (physique, émotionnel, mental et spirituel). On l'appelle thérapie holistique.
En tant que médecine douce, elle n’a pas vocation à remplacer la médecine allopathique.         

Tenez vous informé de nos dernières offres et actualités

"AIDEZ-MOI. JE SUIS TRISTE ET PERDU" : 6 conseils sur le bonheur


« S’il vous plaît, aidez-moi… Je suis triste. Je crois que je me noie, je ne sais pas quoi faire et je ne sais pas où aller. Je me sens étouffé et étranglé par le poids de mes émotions. J’ai l’impression d’être perdu dans ce tunnel sombre de douleur atroce qui ne s’arrête tout simplement pas. »


Depuis 22 ans, je reçois chaque semaine un message dans ce style. J’ai moi-même, à travers les âges (adolescence, adulte, maternité…) écrit ces mots et il m’arrive encore épisodiquement de ressentir cela. Je me suis souvent retrouvée dans ce tunnel sombre et dévorant d’émotions, pour ma part quand je me suis sentie rejetée, maltraitée, incomprise, méprisée. Et cette histoire a tendance à se répéter encore, et encore.


Et vous, ressentez-vous cela? Avez-vous déjà eu la sensation que votre monde s’effondre si soudainement autour de vous que vous n’avez même pas le temps de respirer? Avez-vous senti vos émotions devenir si intenses, si accablantes en vous qu’elles semblent former un vortex; un trou noir de désespoir? Et bien sachez dès à présent que votre souffrance n’est pas sans but ni sens, et que surtout, elle ne dure pas.


 

Je suis triste et perdu … Que puis-je faire pour me sentir mieux?

Comme vous, j’ai vécu beaucoup de douleur dans ma vie : douleur émotionnelle, douleur psychologique et douleur physique chronique. Je suis une "guérisseuse" blessée ; une magnétiseuse qui s’est relevée, maintes et maintes fois, qui a appris à transformer sa propre douleur comme un médicament.


Bien que je ressente toujours la douleur vivement lorsqu’elle arrive, j’arrive peu à peu à transformer l’expérience en quelque chose de bénéfique. Vous pouvez être à même de vous demander « Comment est-ce possible? ». En effet, dans l’état actuel des choses vous vous sentez triste, brisé, alors comment cela puisse être positif? Eh bien, je vais essayer ici de vous expliquer quelques clefs pour y arriver, mais c’est à vous de les essayer et de tout mettre en œuvre pour réussir.


1. Trouvez un endroit calme et solitaire

Cela peut sembler contre-intuitif, mais pour vous sentir mieux, vous pouvez essayer de vous mettre en retrait un temps. Vous pourriez avoir envie de fermer la porte de votre chambre, aller vous asseoir tranquillement sur un banc, faire une promenade solitaire. Trouvez simplement un endroit pour réfléchir sur ce que vous avez vécu. Prenez le temps de regarder ce qu’il se passe à l’intérieur de vous. Plus il y a de bruit, de perturbations et de distractions, plus il est facile de se laisser entraîner dans un cercle vicieux qui vous garde dans cette morosité.


2. Posez-vous la question: « Est-ce vrai? »

Lorsque vous serez posé dans cet endroit calme, vous allez naturellement revivre les moments, les mots, les actions, la situation ou la personne qui vous sont à l’origine de cette grande tristesse. Votre esprit va rejouer ces instants, encore et encore, afin d’essayer de les comprendre. Offrez-vous ce moment pour le faire pleinement, mais n’oubliez pas que votre esprit s’attache facilement à toute conclusion, hypothèse ou idée fausse qui survient.


Par exemple, vous pouvez penser que la raison qui a poussé votre partenaire à critiquer votre poids est qu’il vous trouve moche et qu’il ne vous aime plus. Dans cette situation, demandez-vous « Est-ce vrai? », « A t’il vraiment dit cela, avec ces mots, ou est-ce une supposition de ma part? ». Il est fort probable que la réponse à cette question soit: « non, je ne sais pas si c’est absolument vrai ou non». Cela vous ouvre alors d’autres possibilités de regards sur la situation. Peut-être qu’il n’a pas voulu dire cela comme ça? Peut-être que finalement cela ne vous regardait pas? Peut-être était-ce une blague de mauvais goût? Je vous invite à ce titre à consulter le formidable livre de Miguel RUIZ, Les 4 accords Toltèques, et notamment celui qui porte sur le fait de ne pas faire de suppositions.


3. Affrontez ce que vous vivez avec courage

Lorsque nous ressentons une détresse émotionnelle intense ou incroyable, il est naturel que chaque fibre ai envie de fuir et de se cacher. Souvent, nous essayons d’anesthésier nos émotions avec la télévision, l’alcool, la nourriture, les amis, les sorties… en nous éloignant du sujet jusqu’à ce qu’il nous atteigne plus. Mais ce n’est que partie remise. En mettant vos problèmes à l’écart, ils réapparaitront un jour ou l’autre. Ils sont juste là à attendre, cachés dans l’ombre. Et ils gagnent en ampleur, soit en réapparaissant lors d’un autre évènement similaire avec plus de force. Il arrive aussi qu’au bout d’un moment, certains développent des maladies (mal-à-dit) qui arrivent des années après.


C’est précisément pourquoi vous devez faire face à ce que vous ressentez en ce moment, avec courage. Et remerciez-vous d’être capable de faire ça. Peu de gens ont cette volonté et ce courage de le faire, alors bravo déjà à vous.


Une fois que vous avez trouvé un endroit calme pour vous reposer, accueillez ce processus de guérison. Commencez par reconnaître ce qui s’est passé et vous permettre de ressentir ce que vous ressentez. Par exemple, vous pourriez vous sentir honteux, coupable, sans valeur, laid, méchant, effrayé ou en colère (ou une combinaison de ces sentiments et bien d’autres). Soyez tranquille et permettez-vous de les ressentir pleinement. Puis laissez-les sortir afin qu’elles ne vous polluent plus.


Ce processus peut durer une heure, ou durer une journée entière ou même plus. Mais honorez-vous et allez au bout du processus. Cela en vaut pleinement la peine.


4. Rappelez-vous que même si vous pensez être seul à souffrir, ce n’est pas le cas

Lorsque nous ressentons de la douleur, nous nous victimisons et entretenons le sentiment que nous sommes seuls dans ce cas. La vérité est que je suis triste, vous êtes triste, nous sommes tous tristes à un moment donné. Nous sommes tous trahis, nous sommes tous rejetés, nous sommes tous maltraités. Plus tôt vous vous en souviendrez, mieux vous serez en mesure de gérer votre tristesse, et moins elle aura une emprise sur vous. Elle vous permettra également d’être plus bienveillant envers vous lorsque vous êtes triste, autant que vous l’êtes pour les autres.


Et puisque que tout le monde ressent cela à un moment ou un autre, pourquoi ne pas demander de l’aide aussi autour de vous pour vous aider à passer ce cap ?


5. Tout disparaît – et votre tristesse aussi

Je vous propose un petit jeu. Citez-moi trois choses qui restent identique pour toute la vie ? Rien, ou très peu de choses. Et votre tristesse suit la même logique. Tout comme les nuages ​​traversent le ciel avant de s’éloigner, votre tristesse suivra le même chemin. Bien que vous soyez en deuil maintenant, dans un jour, une semaine ou un an, cette expérience ne sera qu’un souvenir. Cela peut ne pas aider à stopper votre douleur, mais cela aide à l’atténuer un peu.


6. Votre douleur est un enseignant dur, mais honnête et puissant

Il est facile d’être une victime, il est facile de se complaire dans sa douleur et d’y rester pour juste se plaindre. Mais pourquoi voir tout ce qu’il se passe comme quelque chose de malheureux? Pourquoi ne pas essayer d’en tirer des leçons?


La douleur peut vous apprendre un certain nombre de choses :

  • Elle peut vous pousser à vous remettre en question pour vous améliorer.

  • Elle peut vous apprendre la résilience émotionnelle

  • Elle peut vous renseigner sur vos propres vulnérabilités inexplorées et blessures fondamentales.

  • Elle peut vous apprendre la sagesse et vous apprendre à mieux vous ancrer.

Sans douleur, il nous serait impossible de comprendre le plaisir. Sans nuit, il nous serait impossible d’apprécier le jour. Telle est l’essence du taoïsme : l’un est nécessaire pour équilibrer l’autre.



En conclusion

Même si vous ressentez de la douleur, comprenez que vous n’êtes pas votre douleur. Plus vous vous identifiez à votre douleur et plus votre douleur devient «vous», plus vous souffrez.


Prenez soin de vous



Source : Traduit librement de LONERWOLF



Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square